C’est possible d’arrêter de surconsommer

  • par
consommer moins mais mieux jarrete de surconsommer

Arrêter de surconsommer est devenu aujourd’hui un défi nécessaire mais pas toujours facile à tenir. Les marques, les tendances, la publicité, les magazines, tout le système de consommation nous encourage à acheter, sans conscience de ce qui nous va, de ce qui nous correspond et de ce qui nous rendra heureux.

La surconsommation détruit notre environnement, empoisonne nos eaux, nos sols, notre planète… Et ce n’est pas seulement un souci éthique et écologique, c’est aussi un souci de bien-être et de confiance au quotidien.

On parle peu des conséquences de la fast-fashion sur notre moral ou sur l’expression de soi. Elles existent pourtant et nous poussent à consommer toujours davantage pour tenter d’atteindre une satisfaction de courte durée ou qui parfois même n’arrive jamais.

Cela fait 6 mois que je n’achète plus de vêtements neufs.

Mais j’ai une confidence à vous faire, il va me falloir des collants. Et ceux là, je ne vais pas les acheter d’occasion 😉 Je vais être obliger de faire une entrave à mon DEFI RIEN DE NEUF !!!! Mais j’ai découvert des collants recyclés, je vous dit tout dans un prochain article…

défi rien de neuf

En attendant, je vous partage une astuce que j’utilise pour ne plus acheter de vêtements, ou du moins, de vêtements neufs pour le moment !

Connaissez-vous la méthode B.I.S.O.U pour arrêter de surconsommer ?

Alors, pour tenter de limiter mes achats, je m’aide de la méthode B.I.S.O.U.

Elle a été mise au point par Marie Duboin Lefèvre et Herveline Verdeken, les auteurs du livre “J’arrête de surconsommer ! : 21 jours pour sauver la planète (et mon compte en banque !)“. Il s’agit d’un moyen mnémotechnique très simple et un peu inoubliable pour nous rappeler les questions que nous devons nous poser avant de faire un achat et pas uniquement pour des vêtements. Mais bon, pas devant chaque article en faisant les courses non plus, sinon ça risque d’être un peu long 😉 …

B comme Besoin. A quel besoin cet achat correspond-il ?

En ai-je réellement besoin ou est-ce une envie du moment, un réconfort ?

I comme Immédiat. Dois-je l’acheter immédiatement ?

Comme le disent les auteures du livre, « L’immédiateté est la meilleure copine de l’achat compulsif ». Pour s’en préserver, s’accorder un temps de réflexion de quelques jours à quelques semaines avant de passer en caisse nous aidera à valider la pertinence (ou non) de l’achat.

S comme Semblable. N’ai-je pas déjà un vêtement semblable dans mon armoire ?

Avez-vous vraiment envie de vous retrouver avec une 6e paire de baskets dans votre armoire à chaussures ?

O comme Origine. Quelle est l’origine de ce vêtement ? 

Dans quelles conditions travaillent ceux qui ont créé ce produit ? Combien de kilomètres a-t-il parcouru avant d’atterrir en magasin ? Les composants sont-ils inoffensifs pour ma santé ?

U comme Utile. Ce vêtement me sera-t-il vraiment utile ?

Vais-je le porter souvent ? Comment est-ce que je faisais pour m’en passer ?

Et surtout, pas question de culpabiliser !

Arrêter de surconsommer est une des étapes que je trouve la plus difficile et vraiment culpabilisant.

Peu importe par où on commence notre démarche pour adopter une mode plus responsable, on avance à son rythme mais on avance 🙌🙌🙌.

On peut aussi s’entraider pour le faire. Parlez-en à vos amies ou votre famille. Tous les moyens sont bons pour arrêter de surconsommer !

Pour vous aider, vous pouvez aussi rejoindre les Eco’dacieuses. Découvrez cette petite communauté de femmes audacieuses par ici !

Contribuez avec moi à changer la MODE ! Partagez ce concept sur les réseaux

👇 Chaque geste compte

Rejoignez les Eco’dacieuses

Vous ne recevez pas encore de conseils dans votre boite mail pour vous sentir belle et bien dans vos vêtements tout en respectant la planète !!!!!!!!!!!!

Je vous partage régulièrement

Des solutions durables, inspirantes et originales,
Des idées simples et personnalisables,
Des astuces motivantes, rassurantes et faciles à réaliser,

Pour que vous puissiez vous habiller autrement.

Inscrivez-vous ! C’est par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *